GMT Leatherman Maglite PULSAR YUKON Stanley PMI
Image d'accueil

PRÉSENTATION : ACTUALITES DE NOS AMBASSADEURS

EN PHOTOS

VIDÉOS

L'ACTUALITÉ

8ème de la Normandy Race, Jean Galfione dresse le bilan d’une épreuve riche et intense pour clore sa

Associé à Nicolas Troussel, Jean Galfione a franchi hier après-midi, la ligne d’arrivée de la Normandy Channel Race en huitième position, après 4 jours 21 heures et 42 minutes de course.
Habitué à truster les premières places cette saison, à la barre de son Class40, le skipper de Serenis Consulting aurait aimé s’offrir un meilleur résultat. Mais l’ancien perchiste dresse tout de même un bilan positif de cette course en double remportée par les espagnols de Talès II.
Une épreuve riche et intense, qui complète parfaitement le bel apprentissage de cette année 2016.

Bravo à notre skipper !

Suite

Pas de répit pour Jean Galfione et Nicolas Troussel, sixièmes à l’approche du Fastnet.

Dans le dur, sur une septième édition de la Normandy Channel Race particulièrement éprouvante, Jean Galfione et Nicolas Troussel n’ont pas eu de répit depuis leur départ de Ouistreham dimanche dernier.
Sans cesse à la manoeuvre, sur une première partie de course placée sous le signe de vents faibles et instables, le skipper de Serenis Consulting et son équipier ont connu un tout autre scénario la nuit dernière. Cueilli à froid par une dépression beaucoup plus forte que prévu, c’est au près, dans un vent de secteur nord de 30 à 40 noeuds et une mer cassante, que le tandem a franchi le phare de Tuskar, à la pointe sud-est de l’Irlande, puis mis le cap sur le célèbre rocher du Fastnet, qu’ils sont en passe de saluer en sixième position.
Distancé par cinq Class40, qui n’ont eu de cesse de creuser l’écart depuis le passage de Wolf Rock au sud-ouest de l’Angleterre, Jean et Nicolas accusent 130 milles de retard sur les leaders de la flotte. Mais à défaut de figurer dans le wagon de tête, l’ancien perchiste et son partenaire ont réussi à contenir l’appétit de leurs poursuivants tout en préservant leur monture, alors que six bateaux ont déclaré forfait face à la violence des éléments.
Si à présent le vent a bien molli, et que le haut de la flotte revient au portant vers l’Angleterre, il faudra à nouveau composer avec les vents instables d’une dépression orageuse à l’approche des îles Scilly. Une situation qui pourrait permettre à Jean et Nicolas de réduire leur retard sur les leaders dans les heures qui viennent. Il reste 400 milles à parcourir.

Suite

Nous suivons la Normandy Channel Race de très près. Notre skipper Jean Galfione est en 8ème position.
Suivez la cartographie >> http://www.normandy-race.com/index/followrace


Suite

"Nous voulons naviguer au contact des meilleurs" !

Serein au moment de quitter les pontons du bassin Saint-Pierre ce midi, Jean Galfione ne cachait pas son impatience de s’élancer sur la Normandy Channel Race 2016 « Ca y est, nous sommes prêts, et nous avons hâte que ça commence », lançait ce dernier, en remontant le canal qui relie Caen à Ouistreham d’où le départ a été donné à 17 heures.

«Nous avons eu à trancher sur un petit choix de voile, et la décision n’a pas été facile au regard des derniers routages, mais nous avons finalement misé sur le spi A5 (spi asymétrique lourd ) plutôt que le code zéro.
Il pourrait y avoir du vent fort, et nous voulons avoir la possibilité de jouer avec nos camarades dans ces conditions », expliquait le skipper de Serenis Consulting, associé à Nicolas Troussel pour cette course en double, sur laquelle 27 Class40 sont engagés. Et si, comme il le disait hier, l’ancien perchiste aborde cette épreuve sans pression particulière, il entend malgré tout bien figurer. «Il est vrai que j’ai pris goût à la victoire, et même si ça n’est pas une obsession, nous voulons naviguer devant, au contact des meilleurs, surtout que la concurrence est au rendez-vous. C’est la première fois cette saison qu’il y a un tel plateau, et nous voulons être dans le coup » confiait-il avant de s’élancer sur cette épreuve qui a débuté dans un vent léger. Mais les conditions devraient se renforcer à mesure que la flotte remontera vers l’Irlande .


Suite